Chemin vers Esport II

Une bonne journée!

Veuillez me juger aussi strictement que possible, car j’écris un article public (et je dois donc être prêt mentalement à écouter les opinions des autres). J’ai beaucoup d’expérience dans la rédaction de commentaires ironiques sur ce site, mais un grand désir de partager cette histoire avec la communauté m’oblige à créer mon propre blog.

Avant d’aborder le sujet principal, je vais vous parler un peu de moi, il sera donc clair que je ne suis qu’un haïsseur de canapé et le même gars intelligent des commentaires. Je m’appelle Ivan, j’ai 33 ans. Je suis né dans la famille la plus ordinaire. Mon grand-père (le père de mon père) est un vétéran de la Seconde Guerre mondiale. Mon père est ingenieur. En 2006, je ne suis pas devenu le vainqueur du Championnat d’Europe junior de natation. En 2012, j’avais remporté plusieurs championnats et coupes à Moscou et MO en regardant la série. J’ai aussi une catégorie CMS pour « dormir », je fais 15 km en taxi en moins d’une heure. J’ai fait mes études supérieures à l’Université d’État de Moscou. MV Lomonosov à la Faculté de mécanique et de mathématiques, mais cela n’a absolument rien à voir avec ce sujet, mais a été écrit dans le but de diluer mon blog avec un peu d’eau. J’ai étudié avec un budget limité, j’ai obtenu une sorte de diplôme – et Dieu merci. En dehors des études, j’aimais les jeux vidéo et surtout « Dota ». Pendant environ 10 ans, j’ai joué au soi-disant premier DotA et je vais encore occasionnellement à l’ICCUP pour jouer à des jeux personnalisés. Mais cette histoire ne me concerne pas entièrement.

J’ai un frère de deux ans mon aîné, mais cette histoire ne le concerne pas. J’ai un ami, il s’agit de lui et ce sera une histoire.

Il s’appelle Daniel. Au moment d’écrire ces lignes, il a 32 ans. Il y a environ 15 ans, je n’accordais pas d’importance à son hobby. Eh bien, aimez-le et laissez-le jouer. Après quelques mois, il aimait le rôle intermédiaire et voulait améliorer son jeu dans ce rôle. J’ai été agréablement surpris. Il a bien joué et sa cote a déjà dépassé les 3000 points sur Garena. Pas mal pour un garçon de 16 ans qui avait une connexion Internet commutée et un Pentium 4 qui exécutait Warcraft 3 à 30-40 fps. Six mois plus tard, il m’a recontacté. Juste cette fois, il avait plus de 5 000 TCP. Ensuite, c’est devenu intéressant pour moi. J’ai recueilli les faits. A savoir: c’est un excellent élève à l’école (et ce n’est pas comme s’il en avait deux ou quatre dans une école de village avec des professeurs familiers. C’est un excellent élève à l’école n ° 1 de la ville de Lviv), parle couramment l’anglais ( et celui-ci a 16 ans), il apprend très vite et s’entraîne beaucoup (il s’entraîne, et ne se contente pas d’abuser de deux héros au milieu sans trop de succès), il a une grande envie de se développer davantage. Ensuite, j’ai décidé que j’étais prêt à aider le gars et non à l’empêcher de jouer à DotA et à le calomnier pour cela. En quelques mois, sa note est passée au-dessus de 7 000 TCP. Et puis nous avons commencé à mener une formation à part entière. J’ai construit un système de formation pour lui, j’ai fait un plan à long terme. Au fil du temps, on s’est rendu compte que le système fonctionne, et sa cote augmente. Parfois, j’ai interrompu le développement d’une compétence personnelle, différentes équipes sont entrées pour acquérir de l’expérience dans « Competitive DotA » (Eh bien, comment avez-vous rejoint? Plutôt, il est entré). En bref, à l’âge de 32 ans, il avait remporté de nombreux tournois hors ligne importants, dont The International.

Le but de cette histoire est d’atteindre le top management de l’eSport russe et d’ouvrir les cartes à la communauté et à ceux qui veulent que les joueurs (coachs) pénètrent dans cette industrie.

Alors. De nombreuses années se sont écoulées depuis lors. Mon ami a créé sa propre organisation (je ne révélerai pas toutes les cartes, appelons-le, par exemple, C9 ou A7). J’ai essayé par tous les moyens de faire pression sur lui en tant que joueur de position 5 ou au moins en tant qu’entraîneur. Il a convaincu divers joueurs du top 2000 d’essayer au moins de rejoindre son équipe. Il leur a montré les statistiques de ses matchs. Il m’a demandé de regarder beaucoup de rediffusions où il bat les meilleurs joueurs intermédiaires de notre région et au-delà. Pour être complet, je décrirai quelques cas. Par exemple, il n’y a pas si longtemps, il a joué un tournoi DPC. Et malgré la perte de 20 matchs, dans chacun de ces matchs perdus, Daniil n’a pas perdu au milieu et a souvent gagné. Si vous allez dans les stats de jeu d’un gars de 32 ans, vous pouvez voir les stats d’un « booster » qui n’est pas dans son classement. La sélection des joueurs dans Dota 2 est impitoyable et ne permet pas d’augmenter rapidement la note. Daniel est un travailleur acharné et un vrai sportif. Il refuse « d’abuser » et de tricher. De ce fait, la note n’augmente pas aussi rapidement que nous le souhaiterions, et diminue même souvent. Tous les managers et entraîneurs (dont je ne citerai pas les noms et surnoms pour des raisons évidentes) ont dit la même chose. Tout dans cette industrie est construit sur le népotisme. Dans les équipes semi-professionnelles, vous êtes obligé de jouer pour gagner, dans les équipes amateurs (équipes nationales des villes, etc.), vous ne pouvez pas recruter de joueurs sans « pots-de-vin » (sous diverses formes, ces pots-de-vin sont souvent appelés « salaires » lors du recrutement de joueurs ) , les joueurs des 2000 premiers sans un bon lobby et les mêmes « frais » dans votre équipe ne seront pas vus.

J’en appelle à tout le monde. Faites attention à cela ! Je suis sûr que notre tandem n’est pas le seul. Beaucoup de joueurs talentueux disparaissent en raison de l’incapacité d’entrer dans cet écosystème. Les sponsors et les mécènes investissent d’énormes sommes d’argent dans l’eSport, et les joueurs avides et les salariés ruinent cette direction. De ce fait, des joueurs comme Daniil devront perdre beaucoup de temps pour recruter au moins quelques joueurs dans leur équipe. Et après une telle attitude et ignorance, peut-être choisira-t-il une autre région pour le développement de sa carrière professionnelle (Amérique du Sud, par exemple). Encore une fois, notre pays perdra ou ruinera de nombreux talents et manquera un grand nombre de trophées.

PS Nous n’abandonnerons pas simplement parce que nous ne sommes pas qualifiés dans ce jeu.

Retour haut de page