Источник изображения: Sony Interactive Entertainment

En Russie, ils ont proposé d’interdire les jeux avec blasphème, propagande de cruauté et plus

11.11.2022 [14:35]Dmitri Roud

RIA Novosti et Izvestia rapportent que la première vice-présidente de la commission de l’éducation de la Douma d’État, Yana Lantratova, a rédigé des amendements à la deuxième lecture du projet de loi « Sur les amendements au Code de la RF sur les infractions administratives ». Le document menace d’interdire une variété de jeux vidéo.

Source de l’image : Sony Interactive Entertainment

Il est proposé de mettre sur liste noire les jeux faisant la promotion des LGBT, de la pornographie, de la cruauté et de la violence, contenant des blasphèmes, des informations sur la fabrication de drogue et les méthodes de suicide, ainsi que ceux susceptibles de persuader un mineur de commettre des actes illégaux.

« Jeux vidéo et informatiques distribués sur tout type de support <...> ne doit pas contenir d’informations exprimées sous une forme indécente qui offensent la dignité humaine et la moralité publique, un manque évident de respect pour la société, l’État, les symboles officiels de l’État »rédiger le document.

Les amendements au projet de loi prévoient une responsabilité administrative pour la violence, la cruauté et les valeurs non traditionnelles dans les jeux. Les contrevenants seront condamnés à une amende pouvant aller jusqu’à 400 000 roubles pour les particuliers et jusqu’à 5 millions de roubles pour les personnes morales.

    Les contrevenants risquent de lourdes amendes (source de l'image : Sega)

Les contrevenants risquent de lourdes amendes (source de l’image : Sega)

Selon Izvestia, la Douma d’État prévoit d’adopter le projet de loi « Sur les amendements au Code de la Fédération de Russie sur les infractions administratives » en deuxième lecture le 27 novembre, et d’ici la fin de cette semaine de recueillir des amendements (la proposition de norme de Lantratov s’applique) celui-ci.

Vladimir Zykov, directeur de l’Association des utilisateurs professionnels des réseaux sociaux et des messageries, estime qu’une éventuelle interdiction ne garantit pas encore son respect : il sera difficile de contrôler la diffusion de tels jeux, notamment en cas de contenus piratés.

Il convient de noter qu’en octobre, des restrictions dans le domaine des jeux vidéo ont été proposées par le ministère de l’Économie en collaboration avec le ministère de la Santé, Roskomnadzor et le ministère du Développement numérique. Le projet de loi implique l’étiquetage du contenu par les développeurs et les éditeurs de jeux en fonction des catégories d’âge. Jusqu’à présent, cependant, ces règles n’ont pas été adoptées.

Retour haut de page