Источник изображения: Steam (Höllenfeuer)

« Le choix désormais disponible pour les joueurs va disparaître »: les offres de Microsoft pour lancer Call of Duty sur PlayStation deviennent plus rentables, mais Sony ne cède pas

22.11.2022 [09:23]Dmitri Roud

Le New York Times, citant ses informateurs, a révélé les détails de la dernière proposition que Microsoft a faite à Sony Interactive Entertainment concernant l’avenir de la série Call of Duty sur PlayStation.

Source image : Steam (Hollenfeuer)

Rappelons que la sécurité de Call of Duty sur les consoles PlayStation a été remise en cause lorsque Microsoft a annoncé son intention d’acquérir Activision Blizzard avec tous ses actifs pour 68,7 milliards de dollars.

Par la suite, le propriétaire de la plateforme américaine s’est prononcé à plusieurs reprises (et pas deux) sur son refus de priver les joueurs de Call of Duty de PlayStation, mais les parties ne parviennent pas à s’entendre sur les modalités des garanties.

Selon le New York Times, le 11 novembre, Microsoft a proposé à Sony un contrat de 10 ans (la dernière offre n’était que de trois ans) pour conserver Call of Duty sur PlayStation. Le propriétaire de la plateforme japonaise n’a pas répondu.

    Source de l'image : Vapeur (café toxique)

Source de l’image : Vapeur (café toxique)

Auparavant, Microsoft accusait Sony d’obscurcir les autorités de régulation (en particulier britanniques) et d’exagérer considérablement l’importance de Call of Duty. Le président de Sony Interactive Entertainment Jim Ryan (Jim Ryan) a rejeté cette hypothèse.

« [Microsoft была] géant de la technologie avec une longue histoire de domination de l’industrie. Très probablement, le choix désormais disponible pour les joueurs disparaîtra si l’accord est conclu.dit Ryan.

Pour finaliser l’acquisition, Microsoft doit obtenir le feu vert de 16 autorités de régulation dans différents pays. Jusqu’à présent, une éventuelle fusion n’a été approuvée qu’en Arabie saoudite et au Brésil, mais Microsoft s’attend également à un verdict positif de la Serbie.

Retour haut de page