Источник изображения: Michael Ciaglo / Bloomberg

L’UE lance une enquête approfondie sur l’acquisition d’Activision Blizzard par Microsoft pour 69 milliards de dollars

09.11.2022 [01:04]Vladimir Fétisov

La Commission européenne a annoncé le début de la deuxième phase de son enquête antitrust sur l’accord dans lequel Microsoft prévoit d’acheter Activision Blizzard pour près de 69 milliards de dollars. Selon le régulateur, l’accord pourrait nuire à la concurrence dans l’industrie des jeux d’argent, cette question nécessite donc un examen approfondi. L’enquête de l’agence se terminera au plus tard le 23 mars 2023.

Source de l’image : Michael Ciaglo / Bloomberg

« Une enquête préliminaire de la Commission européenne a montré que l’accord pourrait réduire significativement le niveau de concurrence sur les marchés de la distribution de jeux vidéo pour consoles et ordinateurs. <…> L’enquête préliminaire indique que Microsoft a la possibilité, ainsi qu’une potentielle incitation économique, de mettre en œuvre une stratégie anticoncurrentielle à l’encontre des distributeurs tiers de jeux pour consoles.a déclaré la Commission européenne dans un communiqué.

Microsoft a exprimé son intention de coopérer avec le régulateur pour résoudre les problèmes émergents. « Sony, en tant que leader de l’industrie, a exprimé son inquiétude à propos de Call of Duty, mais nous avons réaffirmé notre engagement à avoir le même jeu disponible le même jour sur Xbox et PlayStation. »– a déclaré un représentant de Microsoft, ajoutant que la société n’avait pas l’intention de restreindre l’accès aux jeux pour les propriétaires de consoles Sony.

Les principales préoccupations de la Commission européenne sont liées au fait qu’après la conclusion de l’accord, Microsoft peut restreindre l’accès des concurrents aux franchises populaires d’Activision Blizzard, principalement pour les jeux Call of Duty. En plus de l’Union européenne, l’accord entre Microsoft et Blizzard est envisagé par les régulateurs de l’industrie aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Australie, en Nouvelle-Zélande, au Japon et en Corée du Sud. Actuellement, le rachat a été approuvé au Brésil et en Arabie Saoudite.

Retour haut de page