Источник изображения: Atlus

Roskomnadzor a de nouveau proposé d’étendre les exigences de la loi Yarovaya aux services de jeux et de streaming – les mesures sont déjà en cours de discussion avec les entreprises

23.11.2022 [11:55]Dmitri Roud

La publication Kommersant rapporte que le Centre principal de radiofréquence de Roskomnadzor (GRC), qui est chargé, entre autres, de rechercher sur Internet des informations interdites, propose de nouvelles mesures pour réglementer l’industrie du jeu et les domaines connexes.

Source de l’image : Atlus

Il s’agit de déterminer le statut juridique des microtransactions, des loot boxes, de la plateforme de streaming et des dons (dons), ainsi que de la reconnaissance des services de jeux et de streaming par les organisateurs de la diffusion d’informations (ORI).

En effet, le GRFC veut étendre les exigences de la « loi Yarovaya » aux plateformes de jeux et de streaming, selon lesquelles les opérateurs télécoms sont tenus de « stocker des informations sur les messages des utilisateurs et les mettre à la disposition des autorités d’enquête ».

    Les mesures du GRFC devraient également accroître la protection des citoyens dans le mouvement des biens et de la monnaie du jeu (Source de l'image : Epic Games)

Les mesures du GRFC devraient également accroître la protection des citoyens dans le mouvement des biens et de la monnaie du jeu (Source de l’image : Epic Games)

Selon le GRFC, ces mesures permettront « assure un contrôle adéquat des contrevenants » sur les plateformes de jeux et de streaming et protéger « contenus préjudiciables mineurs ».

Les propositions de GRFC sont déjà en cours de discussion avec les acteurs du marché, mais selon Kommersant, ils craignent l’initiative car « son exécution nécessitera de nouveaux investissements dans les infrastructures et comportera des risques pour les éditeurs de jeux ».

    Twitch a suspendu les paiements aux streamers en Russie en mars (Source de l'image : Twitch)

Twitch a suspendu les paiements aux streamers en Russie en mars (Source de l’image : Twitch)

Tout d’abord, le projet de loi affectera les éditeurs de jeux en ligne russes, toute modification des caractéristiques des articles dans lesquels il peut désormais devenir « juridiquement risqué ».

Quant aux plateformes, elles s’attendent à des obligations déclaratives supplémentaires (notamment auprès du fisc) : l’État vise à surveiller les flux de monnaie du jeu afin de prélever des impôts et de lutter contre le blanchiment d’argent illégal et le financement du terrorisme.

    Source de l'image : Steam

Source de l’image : Steam

Il convient de noter que le GRFC a proposé une initiative similaire à l’été 2021, mais Roskomnadzor a ensuite admis que les propositions étaient nécessaires « large discussion des législateurs, des forces de l’ordre et de l’industrie ».

Ce n’est d’ailleurs pas le premier cas ces derniers mois de discussions au niveau de l’État sur le renforcement de la régulation du marché du jeu vidéo en Russie : on peut également rappeler le projet de loi du ministère de l’Économie et les amendements au projet de loi « sur les amendements à le Code de la Fédération de Russie sur les délits administratifs ».

Retour haut de page